Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

Nik Collection : la suite d'outils pour la photographie rendue gratuite par Google

Google a offert un joli cadeau aux photographes en annonçant la gratuité de Nik Collection, une suite d'outils composée de plusieurs plug-ins pour Photoshop, Photoshops Elements, Lightroom et Apertune.

Vendue jusqu'à présent à 149€, elle sera donc désormais accessible en téléchargement libre. Pour ceux qui auraient déjà acheté le pack avant sa gratuité, Google remboursera alors automatiquement la somme déboursée.

En réalité, ce beau geste de la part de Google cacherait-il la fin précoce du développement du logiciel ?

La Nik Collection a été développée par la société Nik Software qui avait pour spécificité de créer les meilleurs plug-ings Photoshop pour le traitement et la retouche des photos. Avec le rachat de Nik Software par Google, le prix du pack est passé de 499 dollars à 199 puis 100 dollars, pour finalement devenir gratuit.

Les modules proposés sous Windows, sont compatibles avec les logiciels Photoshop Elements, Adobe Photoshop CC et Adobe Photoshop Lightroom CC. Ils permettent d'apporter des améliorations supplémentaires sur le rendu et la retouche photographique des images.

La démarche a certes été saluée par les internautes et les utilisateurs de la suite, mais pourtant certaines inquiétudes persistent sur l'évolution future du pack. Ils soulignent notamment le manque de mises à jour et d'améliorations régulières de la Nik Collection.
« Nous avons décidé de rendre la suite de bureau Nik Collection disponible gratuitement pour tous afin que n'importe qui puisse l'utiliser », a précisé la société sur le compte Google+ associé à Nik Collection.

Google aurait-il « délibérément » offert le pack pour pouvoir « le laisser mourir » et le rendre ainsi obsolète ? Faute de développement supplémentaire, la suite risque en effet de périr laissant sa place à une nouvelle génération de logiciels plus performants pour la retouche photographique.

L'avenir précisera notamment si les doutes des internautes étaient fondés ou non.

Les commentaires sont fermés.